PLANTATIONS 

DES ARBRES 

 

Comme annoncé, le chêne du stade a trouvé sa place, patientons un peu pour pouvoir bénéficier de son ombrage...

Le chêne du stade abattu pour des raisons essentielles de sécurité sera remplacé cet automne 2018 dès que les conditions climatiques seront favorables.
 

L’aménagement de la cour de l’école élémentaire suit son cours.


Pour parfaire les derniers travaux de rénovation ( bitumage et tracés de jeux) , il avait été décidé d’un commun accord avec l’équipe enseignante que de nouveaux arbres seraient implantés.
Cette végétalisation s’avérait nécessaire afin d’avoir des zones ombragées pour les jours ensoleillés.
Conseil pris auprès d’un paysagiste, notre choix s’est porté sur deux essences résistantes et capables d’embellir notre école.

Le liquidambar
Originaire des forêts tempérées allant du Connecticut jusqu’au nord de la Floride et en Louisiane, le Liquidambar porte aussi le joli nom de copalme d’Amérique. C’est un bel arbre élégant et majestueux au port pyramidal. Son feuillage cuivre, or ou pourpre est une des merveilles de l’automne.
La silhouette gracieuse du Liquidambar prend d’abord un port pyramidal avant de s’arrondir. C’est un des plus beaux arbres d’ornement. Son feuillage élégant, finement découpé est son atout maître, surtout quand il se pare en automne de ses étonnantes nuances rouges qui vont de l’écarlate au pourpre foncé, en passant par le cuivre. Les nuances varient sensiblement d’une année sur l’autre et selon les sujets. Son écorce creusée et ses rameaux rougeâtres complètent les attraits de cet arbre durant l’hiver.

Le micocoulier
C’est un très bel arbre qui a confirme sa vocation d’essence ornementale et urbaine de grande valeur. Cet arbre de Provence a la frondaison dense, mais composée d’élégantes feuilles, prodigue une ombre diffuse, agréable et fort appréciée des promeneurs en été. Son écorce cannelée ressemble a celle du hêtre : grise avec quelques protubérances. Du début du printemps a la fin de l’automne, il offre un feuillage abondant. Sa fleur est a la fois male et femelle, tandis que son fruit est une petite cerise comestible mure en septembre, octobre. Le Micocoulier supporte bien les sols secs, pauvres et poreux et il s’adapte très bien a la chaleur estivale du milieu urbain, Il ne connait par ailleurs aucune maladie et nécessite très peu d’entretien.